Comment a-t-on créé une génération aussi sensible et fragile ?

En essayant de protéger les enfants de tous les dangers, obstacles, sentiments blessés et peurs, notre culture les a privés de la possibilité de devenir des adultes prospères.

Le principe est simple : cette génération d’enfants doit être protégée comme aucune autre jusqu’à présent.

Ils ne sont pas autorisés à utiliser des outils, ils ne sont pas autorisés à jouer sur l’herbe et on ne devrait certainement pas s’attendre à ce qu’ils soient capables de résoudre une dispute avec un ami par eux-mêmes.

C’est la raison pour laquelle nous avons des zones de sécurité sur les campus étudiants et des milléniaux qui ne peuvent jamais entrer dans le monde des adultes.

Nous avons expliqué à toute une génération d’enfants qu’ils ne peuvent jamais être assez en sécurité et ils nous ont cru.

Bien sûr, nous avions les meilleures intentions.

Mais nos efforts pour les protéger sont revenus comme un boomerang.

Lorsque nous élevons des enfants qui ne sont pas habitués à affronter seuls des risques, des échecs et des sentiments blessés, cela met en danger non seulement notre société, mais aussi notre économie.

Et pourtant, la manière moderne d’éduquer et les lois sont conçues précisément pour entretenir soigneusement l’impréparation.

On craint que tout ce que les enfants voient, font, mangent, entendent et lèchent puisse leur faire du mal.

Et à travers l’enseignement supérieur, on craint que les mots et les idées en eux-mêmes puissent être traumatisants.

Comment croyons-nous qu’une génération d’enfants n’est pas capable de supporter les défis de la croissance ?

À partir des années 1980, l’enfance a changé.

Pour un certain nombre de raisons, les changements dans les perceptions parentales, les nouvelles normes en matière d’éducation, plus de réglementation, les progrès technologiques et une peur croissante des enlèvements se sont développés.

Les enfants ont perdu la plupart de leurs chances de faire l’expérience d’un jeu non supervisé, d’explorer, de résoudre leurs conflits par eux-mêmes.

Cela les a rendus plus fragiles, sensibles et dépendants des autres.

On leur a appris à compter sur les autorités pour résoudre leurs problèmes et que d’autres les protégeront des inconvénients.

C’est ce que l’on appelle la dépendance morale.

Tout cela menace l’ouverture et l’adaptabilité, qualités dont les jeunes ont besoin pour réussir au collège et plus tard. 

Puisqu’ils commencent leur scolarité ou leur carrière, peu habitués aux frustrations et aux incompréhensions, il est normal qu’ils soient trop sensibles.

Puisqu’ils n’ont pas développé la capacité de surmonter les obstacles, chaque taupinière est une montagne pour eux.

Exagérer les dangers est monnaie courante chez les étudiants d’aujourd’hui.

Ce n’est plus important ce que la personne voulait dire ou comment un auditeur raisonnable l’interpréterait, mais cela compte seulement si quelqu’un s’est senti offensé par ce qui a été dit.

Si c’est le cas, l’orateur a commis une « microagression » et la réaction assez subjective de la partie offensée est un motif légitime pour faire appel au doyen ou à l’équipe de réponse aux préjugés.

En conséquence, les étudiants et les professeurs ont aujourd’hui l’impression de marcher sur des œufs.

Cela entrave la libre pensée et l’expression ouverte de l’opinion – éléments clés de l’enseignement supérieur.

Sachant ce que c’est à l’université, que pouvons-nous dire des enfants qui sont encore à l’école et à qui on rappelle constamment qu’ils peuvent accidentellement blesser les autres avec leurs mots ?

Lorsque les enfants de huit ans d’aujourd’hui deviendront des jeunes de dix-huit ans qui vont à l’université, considéreront-ils que la liberté d’expression vaut la peine d’être protégée ?

Parents, enseignants et professeurs parlent de la fragilité croissante qu’ils constatent.

Difficile de ne pas conclure que la surprotection des enfants et l’hypersensibilité des élèves sont les deux faces d’une même médaille.

En essayant trop fort de protéger nos enfants, nous les protégeons trop du succès.

Des enfants en laisse

Si vous avez plus de 40 ans, vous avez probablement eu beaucoup de temps libre dans votre enfance – après l’école, le week-end, pendant l’été.

Maintenant, vous pourriez probablement parler pendant des heures de la façon dont vous avez joué dans les bois ou fait du vélo jusqu’à la tombée de la nuit.

Les enfants d’aujourd’hui sont élevés comme des veaux.

Seuls 13 % d’entre eux se rendent à pied à l’école.

Ceux qui voyagent en bus attendent à la gare en compagnie de leurs parents qui jouent les gardes du corps. 

Après l’école, les enfants ne reviennent pas avec une clé autour du cou et ne se promènent pas dans le quartier.

Au lieu de cela, ils sont enfermés dans des activités organisées et supervisées.

Même s’ils veulent envoyer leurs enfants dehors et leur dire de ne pas revenir avant le dîner, ce n’est plus aussi facile qu’avant.

Il n’y aura souvent pas d’autres enfants avec qui jouer.

Les parents qui estiment qu’il est bon pour les jeunes de courir chercher du pain ou de jouer au ballon dans la rue sont découragés par divers pasteurs, policiers et travailleurs sociaux qui assimilent « sans surveillance » à « négligence et mise en danger ».

Des choses dangereuses

Et pourtant, nous ne nous sentons pas plus en sécurité.

Une étude de 2010 a montré que « l’enlèvement » est la plus grande peur parentale, bien qu’il soit beaucoup plus dangereux pour un enfant d’être passager dans une voiture.

Parfois, il semble que notre culture invente des dangers de nulle part, juste pour avoir quelque chose à craindre.

Vous pensez peut-être que votre ville est épargnée par cette exagération, mais où est le carrousel de votre parc, où sont les bascules ? 

La Commission de la sécurité des consommateurs met même en garde contre des dangers tels que des pierres ou des souches, qui peuvent faire trébucher votre enfant.

Le problème est que les enfants apprennent à travers les expériences.

Ce n’est que si vous trébuchez sur une souche que vous apprendrez à regarder où vous allez.

L’ironie est qu’il est en fait dangereux de ne pas marcher, faire du vélo ou sauter par-dessus des souches.

Une enquête menée cet été a révélé que les personnes de 19 ans sont tout aussi actives que les personnes de 65 ans. 

Cependant, les conséquences du maintien des enfants à risque ne sont pas seulement physiques, mais aussi psychologiques.

Des trophées et des traumatismes

Le jeu libre a peu de choses en commun avec le jeu libre que nous permettons aux enfants aujourd’hui.

Ce sont des activités organisées animées par des adultes.

Les enfants ne peuvent jouer librement qu’en l’absence de leurs parents.

Le jeu est un exercice dans la vie.

Est-ce le résultat d’une culture qui récompense la participation ?

Il est facile de ridiculiser une culture qui enseigne aux enfants à s’attendre à des applaudissements pour tout ce qu’ils font.

Mais beaucoup plus inquiétant est la possibilité que ces trophées de participation aient rendu les enfants incapables de supporter le fait qu’ils ne sont pas les meilleurs à quelque chose.

Lorsque vous ne permettez pas à votre enfant de grimper à un arbre parce que vous avez peur qu’il tombe, vous lui enlevez une des expériences classiques de l’enfance.

Mais lorsque vous le surprotégez émotionnellement, vous lui enlevez autre chose.

Nous avons élevé une génération de jeunes qui n’ont pas eu l’opportunité de connaître l’échec et de réaliser qu’ils peuvent le surmonter.

Bien sûr, il est naturel que nous voulions que nos enfants soient heureux.

Mais le droit chemin vers le bonheur n’est plus un éloge ; il est atteint en développant la résilience émotionnelle.

Poussés par notre obsession de la sécurité physique combinée à notre tendance à parler de « sécurité émotionnelle », nous avons systématiquement refusé à nos enfants les milliers d’expériences difficiles – et parfois dérangeantes – dont ils avaient besoin pour acquérir cette résilience. 

Advertisement

Le jeu est le plus important

Tous les mammifères jouent.

Le jeu est un instinct naturel.

Les hippopotames font des anneaux dans l’eau.

Les chiens apportent des bâtons.

Les gazelles courent comme si elles jouaient avec la gale.

Pourquoi feraient ils cela ?

C’est ainsi qu’ils brûlent de précieuses calories et s’exposent aux prédateurs.

La raison doit être que le jeu est beaucoup plus important pour leur survie à long terme que la simple sécurité.

Dans les activités organisées comme une petite ligue de football, les adultes dirigent.

Dans le jeu libre, les enfants sont d’âges différents et ils décident eux-mêmes quoi et comment ils vont travailler.

C’est une vraie collaboration d’équipe.

Les enfants plus petits veulent désespérément ressembler à leurs aînés, alors au lieu de se plaindre lorsqu’ils n’y parviennent pas, ils tirent sur les veines du talon pour rester fermes.

C’est ainsi que la maturité s’apprend.

Les enfants plus âgés, en revanche, sont plus doux lorsqu’ils lancent la balle au plus jeune.

C’est ainsi que l’on enseigne l’empathie.

Mieux encore, sans l’intervention d’un adulte, les enfants doivent résoudre tous les problèmes par eux-mêmes – quel jeu ils joueront, comment les deux équipes seront de force égale…

Et quand il s’agit de discuter, ils doivent trouver une issue pour leurs propres problèmes.

C’est une compétence qui n’est pas facile à apprendre, mais le désir de jouer les motive.

Sans jeu, sans plaisir

Lorsque les parents privent leurs enfants d’indépendance, non seulement ils les privent de jeu, mais ils leur enlèvent également le plaisir de voir leurs enfants faire quelque chose d’intelligent, de courageux ou de noble.

Lorsque nous ne laissons pas nos enfants faire quoi que ce soit seuls, nous ne pouvons même pas voir à quel point ils sont vraiment capables et n’est-ce pas l’un des plus grands plaisirs de la parentalité ?

Nous devons aider les parents à se détendre tout en vivant dans une société qui ne leur permet pas de le faire.

Que devrions-nous faire ?

En essayant de protéger les enfants de tous les dangers, obstacles, sentiments blessés et peurs, notre culture les a privés de la possibilité de devenir des adultes prospères.

La société les traite comme émotionnellement, socialement et physiquement fragiles et ils le deviennent.

Les enfants savent que leurs parents avaient plus de liberté pour se déplacer seuls et plus de temps libre pour lire, maîtriser et explorer.

Ils sont aussi conscients qu’on croyait auparavant que les enfants pouvaient recevoir quelques coups, à l’école comme à l’extérieur.

Espérons que les enfants d’aujourd’hui commenceront à exiger la même indépendance et le même respect.

Après tout, on leur a volé leur liberté.

Les enfants d’aujourd’hui sont plus en sécurité et plus intelligents que ne le pense cette culture.

Ils méritent la liberté que nous avions.

L’avenir en dépend.

 



Source link